top of page

L'équitation à travers les âges

Dernière mise à jour : 19 janv.

Article n°5 - par Maëlle Gallet

 
 
Êtes-vous prêts à remonter le temps ? Que diriez-vous d’un voyage de l’Antiquité à notre époque ? C’est promis, vous ne le regretterez pas !

Bien que nous n’ayons jamais découvert qui trouva le cran d’enfourcher un animal sauvage et de l’apprivoiser, il y a fort longtemps, cet évènement a bien eu lieu. Et ce fut tout simplement ainsi qu’apparut le premier cavalier.

D’une manière générale, l'équitation est considérée comme l'emploi du cheval selon de multiples formes : la chasse, la guerre, le portage ou encore la traction. Comme vous le savez, ces distinctions ont bien évolué de nos jours et il est temps d’entamer notre voyage en commençant par l’Antiquité. équipement qui allie de manière harmonieuse et esthétique plusieurs critères cruciaux.

 


C'est en se penchant sur les archives Grecs que l'on retrouve l'origine (du moins, c’est ce que la légende raconte) de l'équitation. Ces textes prétendent que le dieu Neptune, dans toute sa bonté, eu envie de faire un cadeau aux Athéniens. Ainsi, il frappa notre Terre de son trident, provoquant une brèche depuis laquelle jaillit un splendide étalon. Ça, c’était la petite touche mythique. Sinon, nous avons recueilli un ouvrage (le premier à propos de l’équitation) d’un Grec nommé Xénophon. Durant une ère où le cheval était utilisé pour la

guerre ou bien les jeux, cet homme fut le premier à s’intéresser à la conscience de l’animal. D’après lui, son éducation devait être raisonnée et progressive. Il tenait en compte leur différents tempéraments et sensibilités. Il enseigna son savoir à ses enfants et consigna sa pensée dans un livre. D’ailleurs, vous pourriez encore retirer quelques-uns de ses conseils pratiques qui n'ont rien perdu de leur valeur.



Plus tard, les Romains employèrent le cheval de la même manière que les Grecs : un moyen guerrier, sportif et ludique. On ne constata pas vraiment de grande évolution, on assiste plutôt à un retour en arrière avec des pratiques que certains qualifient de “barbares”. Ils utilisaient des embouchures* sévères, et montaient sans selle et sans étriers.


*embouchure : partie du mors placée dans la bouche du cheval.



Au Moyen-Âge, et notamment après la victoire de Poitiers**, qui fut principalement une victoire de la cavalerie, le goût du cheval d'armes se répandra rapidement en France. Dès lors, l’histoire du cheval se liera à celle de notre histoire militaire. Tout le monde veut batailler à cheval, du moins ceux qui ont les ressources nécessaires pour acquérir une monture. L’animal suscite un engouement important sous Charlemagne, puis sous la féodalité. Les classes les plus riches de la société commenceront à se préoccuper de son élevage et des croisements. Les nouvelles races résultant d'un mélange de sang arabe et espagnol seront très recherchées.


** bataille de Poitiers : elle eut lieu le 25 octobre 732, entre Tours et Poitiers. Elle oppose l'armée des Francs, commandée par Charles Martel, et l'armée musulmane. Les Francs sont vainqueurs.



Ensuite, nous faisons un bond dans le temps pour arriver au XVIème siècle en Italie. C’est à Florence qu’est née "l’équitation savante". Les Italiens seront les premiers à faire une avancée remarquable dans l’histoire de l’équitation : ils penseront aux sabots de nos montures et publieront les premiers traités sur la maréchalerie***. C’est en revanche au Portugal que l’on imaginera les premiers croquis et dessins de fers.


*** maréchalerie : métier de maréchal-ferrant.


Notre récit s’accélère et nous rejoignons Napoléon au XVIIIème siècle. L’empereur créera les Haras (établissements spécialisés dans la reproduction et l’amélioration des races de chevaux). Ainsi émergent de nouvelles disciplines équestres : le dressage est à l’honneur, le saut également, et certains s’adonnent à des "balades sportives". Quant à l’attelage, il est quotidien. Puis, au XIXème siècle, un jeune écuyer se présentera devant Napoléon pour faire valoir les ballets équestres en liberté, la voltige et même le cirque.


Aujourd’hui, les tracteurs ont remplacé les chevaux de trait, les voitures les carrioles. L’équitation n’est plus une nécessité mais un plaisir. On ne pense plus cette discipline comme un simple sport, mais plutôt comme une recherche de bien-être et de liberté.

Il y aurait tellement plus de choses à vous raconter sur l’évolution de cette discipline, mais dans cet article vous trouverez l’essentiel !



 
Parting words...

Il y aurait tellement plus de choses à vous raconter sur l’évolution de cette discipline, mais dans cet article vous trouverez l’essentiel !

On se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel article sur notre blog ! N'hésitez pas à nous faire savoir si vous avez apprécié ce contenu. Nous serions ravis de recueillir vos propositions pour nos articles à venir.


French kiss, Frog Save the Queen - « british style, french touch »





10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page