top of page

La sécurité autour du cheval

Article n°10 - par Maëlle Gallet

 
 

L’équitation est considérée comme un sport à risque puisqu’elle peut provoquer des accidents tant à cheval qu’à pied. Pour minimiser les dangers liés à cette pratique, il est primordial de respecter certaines règles. Dans cet article, nous vous démontrerons que la notion de sécurité passe par de nombreux aspects, certains auxquels vous ne songiez peut-être pas et pour les autres une petite piqure de rappel n’a jamais fait de mal à personne !


 

La sécurité est assurée par de bons équipements

Bien que le casque ou la bombe fassent désormais partie de l’équipement de base de tous cavaliers, les gilets de sécurité sont encore peu portés en selle. Aujourd’hui, le port d’un gilet de sécurité est uniquement obligatoire pour le cross en concours, l’épreuve de marathon en attelage et le TREC (Techniques de Randonnée Équestre de Compétition). On pourrait donc se demander pourquoi les cavaliers de saut, de dressage et même de loisirs se passent-ils d’une sécurité supplémentaire ? Porter un gilet de sécurité ou toutes autres protections dorsales permet de réduire considérablement les risques de blessures graves au niveau du buste et des organes internes.

D’autre part, la filière équine s’inspire de ce qui est fait dans d’autres domaines et voit émerger l’utilisation des gilets de protection airbag. Dans les Grands Prix moto, le port de l’airbag est obligatoire depuis mars 2018. Il protège notamment les cervicales, la colonne vertébrale ainsi que certains organes vitaux. De plus, il est léger, respirant, et garanti une grande liberté de mouvement. Mais alors, comment l’utilisons-nous ? Le gilet airbag s’attache à la selle par un câble, celui-ci étant lui-même relié à une cartouche de gaz qui se trouve incorporée dans le gilet. En cas de chute, la rupture de la liaison entre la selle et le vêtement libère le CO2 contenu dans la cartouche.

L’utilisation des gilets airbag dans le domaine de l’équitation se répand de manière exponentielle. Il y a fort à parier que ce produit va se développer pour devenir un incontournable de l’équipement du cavalier.


 

Le cheval est un véhicule

Eh oui ! Que le cheval soit attelé ou monté, il est considéré comme un véhicule. Ainsi, cavalier et monture sont soumis aux mêmes règles que les automobilistes : être à droite de la route, respecter la signalisation (feu, stop, etc) et avertir d’un changement de direction. En ville, le cavalier à pied a l’obligation de marcher sur le trottoir tandis qu’à dos de cheval il doit rester sur la route. C’est pourquoi nous vous conseillons de privilégier la campagne si vous le pouvez ! Souvent, on y retrouve des chemins balisés réservés à la pratique de l’équitation.

Attention lorsque vous circulez la nuit ! Prenez garde à être bien visible et identifiable. Il existe de nombreuses protections réfléchissantes, par exemple le couvre-rein ou les guêtres pour le cheval et bien évidemment le gilet jaune pour le cavalier. Et le petit plus : la lampe est un accessoire très utile pendant des balade nocturne.

NB : informez-vous également des dates de période de chasse.


 
La relation entre le cavalier et sa monture

Bien souvent, un accident impliquant un cheval est dû à la peur ressentie par l’animal ou un défaut de communication. Ainsi, pour assurer la sécurité du cavalier comme de sa monture, il faut apprendre à analyser la gestuelle du cheval et anticiper ses réactions.

Voilà ce qu’il faut retenir de façon condensée :

  • Une réaction inappropriée de votre part augmente le stress de votre monture, qui aura alors de grande chance de devenir dangereuse ;

  • Évitez certains comportements : passer derrière le cheval, faire des gestes brusques, crier, etc ;

  • Restez constamment attentif au cheval pour appréhender ses réactions. Le plus souvent, votre compagnon vous avertira du danger (oreilles couchées, encolure relevée, arrêt ou écart…). Il est essentiel de profiter de cet instant pour se placer au mieux et être prêt à réagir correctement.

Lors d’un contact avec un cheval, il faut savoir que c’est votre état émotionnel qui l’alertera (de manière positive comme négative). De manière générale, il faut garder à l’esprit que le comportement de votre monture est influencé par plusieurs facteurs : l’isolement social, la peur, la douleur, etc. Ainsi, si un cheval est difficile à aborder, nous vous recommandons de chercher l’origine de ce comportement.



 
Parting words...

C'est tout pour cette fois ! Bien sûr, nous nous doutons que vous faites tout votre possible pour assurer votre sécurité et celle de votre compagnon, cependant ça ne fait jamais de mal de se rappeler qu'il faut garder conscience des risques.

Nous nous retrouvons très vite sur le blog...

French kiss, Frog Save the Queen - « british style, french touch »



38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Hozzászólások


bottom of page